décembre 30 2016

Sexisme et représentation des hommes et des femmes dans les illustrations de JdR – V2

Suite à notre premier article d’analyse sur la question de la représentation des hommes et des femmes dans les JDR, nous avons reçu de nombreux retours, et nous vous en remercions. Nous sommes ravis que le sujet ait suscité autant de discussions sur les différents supports que nous avons suivis (réseaux sociaux, forums spécialisés, etc.), des discussions ayant soulevé d’importantes questions sur notre loisir préféré, une démarche saine s’il en est !

Nous avons pris note des retours constructifs que vous nous avez faits afin d’affiner notre analyse et supprimer les éléments superflus. En parallèle de cela, nous avons continué de compulser des ouvrages, portant à 62 le nombre de jeux de rôle pris en compte. Comme promis, voici donc une deuxième version de notre article sur la représentation des hommes et des femmes dans le JDR.

Comme indiqué au fil des discussions, nous avons décidé d’abandonner l’indice final, qui rajoutait plus de problèmes qu’il n’en résolvait dans la méthode de calcul. De même, nous avons adopté une autre présentation plus épurée des résultats, qui a l’avantage d’éviter la fausse impression de « palmarès » qui se dégageait de la première mouture de l’article, et qui ne colle pas avec l’objet de l’étude. Nous espérons que ce format offrira une meilleure base de réflexion. Précisons une nouvelle fois que nous cherchons uniquement à voir si le traitement de la représentation des hommes et des femmes diffère dans les illustrations, tant en termes de proportions que de nature.

Chiffres globaux

En tout, nous avons comptabilisé 62 JDR (dont certains en double aveugle) pour un total de 6 803 illustrations. Sur ces illustrations, 56 % représentent explicitement des hommes et/ou des femmes, soit 3 832 illustrations. 2 363 (62 %) illustrations ne représentent que des hommes, 833 (22 %) que des femmes et 636 (16 %) des hommes et des femmes dans diverses proportions (que nous n’avons pas dénombrées même s’il semble qu’il y ait une majorité d’hommes dans ces illustrations mixtes). Il y a donc en tout 1 469 illustrations montrant des femmes, soit 38 % des illustrations montrant des êtres humains.

Il y a 805 parties du corps mises en avant. Une illustration donnée pouvant mettre en avant plusieurs parties du corps, il n’est pas possible de calculer directement le pourcentage d’illustrations mettant en avant des corps.

Les parties du corps mises en avant ne se répartissent pas uniformément. La grande majorité est composée des poitrines et des ventres avec 724 illustrations (90 % des mises en avant des corps). 379 de ces parties du corps sont féminines soit 52 %.

Sinon il y a :

  • 46 postérieurs mis en avant (6 %) dont 40 féminins (87 % des postérieurs)
  • 440 poitrines mises en avant (55 %) dont 258 féminines (58 % des poitrines)
  • 284 ventres sont mis en avant (35 %) dont 121 féminins (43 % des ventres)
  • 34 sexes sont mis en avant (4 %) dont 22 féminins (64 % des sexes)

Notez que si les personnages féminins ne représentent que 38 % des illustrations, ils représentent en revanche 55 % des mises en avant des corps. On représente donc bien différemment les hommes et les femmes, tant en termes de proportions que de nature.

Indice de sexisme

L’indice de sexisme que nous avions choisi de présenter dans la V1 avait pour but de résumer l’ensemble des indices précédents, malheureusement il avait plusieurs défauts. Tout d’abord certains JDR n’ont presque aucune illustration montrant des corps, parfois une seule. C’est le cas par exemple de l’Anneau Unique, Cthulhu 5.5 ou Dragon de poche. Ils ont donc des taux de corps féminins très biaisés vers de fortes valeurs (parfois de 100 %). Pour compenser cela, nous avions choisi de pondérer en multipliant par le nombre de mises en avant de corps. Cette correction introduit malheureusement un autre biais qui défavorise les jeux ayant beaucoup de corps nus (souvent en accord avec leurs thèmes respectifs). Nous avons testé plusieurs autres méthodes de calcul d’un indice global qui change « l’ordre » des différents JDR et aucune de ces méthodes ne nous semble sans défaut.

Nous avons donc décidé de laisser de côté toute tentative de calculer un indice global qui, entre autres, focalise les discussions sur la place de tel ou tel JDR et non sur les tendances globales qui sont elles beaucoup plus pertinentes (et fiables).

Comment participer ?

Pour que cette étude deviennent vraiment représentative, il faudrait étudier plus de JDR tout en variant les observateurs. Pour cela, nous vous proposons de participer à cette étude en comptabilisant les JDR à votre disposition. N’hésitez pas à comptabiliser les JDR déjà pris en compte, les résultats n’en seront que plus intéressants et objectifs.

À cette fin, nous mettons à votre disposition ce tableau-type (cliquez sur le lien) à nous renvoyer complété à l’adresse du blog : contact[AT]echelle-ripley.fr. Merci pour le temps que vous y consacrerez !

Liste des JDR étudiés :

Agôn, Conan OGL, Scion, Luchadores, Chroniques Oubliées, Shadowrun 4, Delta Green, Little Fears, Antika, Patient 13, Conspiracy X, Fading Suns V2, L’Appel de Cthulhu 7, Loup Solitaire, NanoChrome², Nobilis, Polaris, Prophecy, Warhammer 3, Anthéas, Deadline, Fiasco, First Contact, Icons, L’ Agence, L’ Appel de Cthulhu 6, Monsterhearts, Notre Tombeau, Orpheus, Remember Tomorrow, Sens Renaissance, Sombre, Star wars, Steamshadows, Tenga, Chrysopée, L’ Anneau Unique, L’ Appel de Cthulhu 5.5, Solip City, Star Wars: Aux Confins de l’Empire, Fading Suns V1, Nightprowler, White lies, Dragon de poche, Ryuutama, Shadowrun 5, Ars Magica, Cops, Shadowrun 4A, Le Trône de Fer, Les Secrets de la 7ème Mer, Eclipse Phase, Hollow Earth Expedition, Les Mille-Marches, Vermine, Within, Apocalypse World, Cyberpunk 2020, Tigres Volants, Bloodlust, Les Chroniques des Féals, Anima.


Étiquettes : , , ,

Copyright 2017. Tous droits réservés.

Ecrit 30 décembre 2016 par Thibault dans la catégorie "Analyses", "Autour du jeu", "Notre actu

9 COMMENTS :

  1. By Dampyre on

    Hellooo,

    Je pense que le sexisme n’est pas qu’une question d’exposition, le « fond » de l’illustration compte également (j’entends par là la composition du dessin). Je m’explique: l’illustration d’une femme, même à moitié nue, représentée en position dominante face à un troupeau d’hommes (sur un trône ou seule sur le tas formé par leurs cadavres) sera, à mon avis, moins sexiste que celle d’une femme habillée en position de soumission (une esclave en haillon, par exemple). Encore que, selon ce qu’on peut lire dans le regard de l’esclave, cela puisse être différent… En fait, je pense que baser ce genre d’étude sur une analyse « clinique » n’est pas représentatif. Du tout. Le ressenti est également important, l’intention de l’artiste, le contexte (deux illustrations comparables issus de deux jeux radicalement différents peuvent ne pas laisser la même impression), tout ça participe à l’aspect sexiste ou non d’une illustration, d’un jeu. Ce n’est, à mon sens, pas juste une question de nombre de nichons et de fesses/illustration…

    Répondre
    1. By Thibault (Auteur) on

      On avait regardé les positions de dominance/soumission sur les illustrations et c’était globalement très rare qu’une illustration montre ce genre de situation (moins de 1% des illustrations). On avait aussi regardé les illustrations purement « sexy » ou les « cadrages » particuliers. De même c’était très rare et très sensible à la vision personnelle.

      Pour ce qui est du fait qu’une etude « clinique » n’est pas représentatif, je te donne en partie raison. Elle n’est évidemment pas suffisante et elle peut ne pas recouvrir la réalité de certains jeux. Mais le dénombrement reste une méthodologie « froide » qui a un intérêt. Je t’invite à faire le test sur deux ou trois jeux de ta collections pour t’en rendre compte. Le résultat est en général surprenant.

      Répondre
    2. By GangrN on

      Mais ce qui est sexiste ce n’est pas le fait de représenter une femme en position dominée. ça c’est juste faire état d’un fait social courant (c’est un fait que les violeurs en série préfèrent s’en prendre aux femmes).
      Non, le sexisme c’est réduire une personne à son sexe et aux clichés liés à son sexe. Donc si une femme est en position dominante et que sa nudité / sa beauté physique est mise en avant, ça peut être sexiste s’il n’y a aucune représentation de femme dominante et moche… car ça suggère que seules les belles dominent, ce qui implique qu’une femme n’a que ça pour elle.
      Ce qui est tendancieux (et même hyper violent), c’est de suggérer que le seul instrument d’une femme est son sex-appeal, et ne peut pas être la compétence ou la violence.
      Tandis que les hommes, c’est le contraire: si un homme joue sur son sex-appeal, ça a intérêt à être sur le registre de la testostérone bodybuildée sinon c’est une tarlouze (on parle des « tapettes d’elfes »?). Nous, rôlistes, en tant que population, on est non seulement des connards sexistes, mais aussi des connards homophobes – et parfois racistes. Et ça ne tient pas qu’aux joueurs! d’où l’intérêt de montrer que les éditeurs y contribuent

      Répondre
      1. By Thibault (Auteur) on

        Je serai moins critique que toi sur notre communauté. Je pense que pour la majorité on fait juste pas attention (à la fois en tant que personne et en tant que structure). C’est en soit critiquable mais je ne pense pas qu’il y est une « intention » derrière.

        Après mesurer plus ou moins rationnellement la réduction des sexes à leurs stéréotypes respectif au niveau des illustrations me parait assez difficile. Aurais tu une idée de comment le mesurer ?

        Répondre
  2. By GangrN on

    je pense que c’est une erreur de ne pas comptabiliser le pourcentage d’illustrations mettant en avant une ou des parties de corps sexuée. J’explique: je viens de faire Vampire Mascarade 1re édition; j’obtiens un peu moins de 5% d’illustrations sexualisées. Par contre 100% des fessiers « mis en avant » sont féminins (soit: 2 – et encore je me suis forcé) tandis que 100% des sexes mis en avant sont masculins (et 40/60 pour les poitrines)… d’où 60% de mise en avant de corps féminins contre 40% de mise en avant de corps masculins (alors qu’en fait ça se représente un pouillème et que les situations de domination ou de séduction sont clairement interchangées). En revanche… il faut reconnaître que 100% des nus sont des femmes!

    Répondre
  3. By Thibault (Auteur) on

    Je suis pas certain de bien comprendre. Tu estimes qu’il faut aussi donner le % total d’illustrations sexualisés pour chacun des sexes ?

    Si j’ai bien compris, on peut estimer ce chiffre à partir d’autres chiffres. On a le nombre total d’illustrations montrant des femmes (1469) et le nombre total de mise en avant du corps de la femme (441) soit autour de 30%. Pour les hommes c’est 2999 illustrations et 363 mise en avant du corps soit autour de 12% (2,5 fois moins).

    Ce n’est cependant pas une estimation exact du % dont on parle car une même illustration peut mettre en avant plusieurs partie du corps. Par exemple, un homme nue de face seul, ajoute 1 illustration au nombre d’illustrations que d’homme et 1 mise en avant de poitrine masculine, de ventre masculin et de sexe masculin soit 3 mises en avant du corps masculin. C’est en effet un défaut de notre méthode de calcul de ne pas pouvoir calculer ce % de façon exacte.

    Sinon les postérieurs sont en effet rare dans tous les jdr qu’on a regardé et je n’ai aucune idée pourquoi…

    Si tu peux nous envoyer tes résultats sur vampire ce serait super, d’autant que c’est jdr iconique absent de l’étude pour l’instant.

    Répondre
    1. By GangrN on

      pour faire simple j pense qu’on devrait analyser la nudité ou la quasi nudité globalement, plutôt que la partie du corps qui est mise en avant
      je dis ça parce que sur VtM quand un homme met le torse en avant il est habillé, quand c’est une femme c’est moins vrai; par ailleurs il y a quelques femmes nues et aucun homme nu, mais sur ces illus les seins le ventre et la croupe sont assez joliment escamotés (ce que j’aurais pu comptabiliser comme une mise en avant d’ailleurs… pouvoir de la suggestion…).
      J’envoie ce que j’ai fait, mais j pense que ce serait très intéressant de comparer les éditions, car à mon sens l’édition des 20 ans a pris une sale tournure sexiste limite homophobe: le clan Toréador est devenu officiellement le clan des reines, j’imagine que les insultes en convention (« tapettes de toréadors ») ne suffisaient pas…

      Répondre
      1. By Thibault (Auteur) on

        En effet on aurait pu (dû) le mesurer. On l’a pas fait mais je le garde en tête pour améliorer la méthode.

        Vampire me parait être un des jdr dont il faudrait observer l’évolution au cours du temps (avec D&D) et j’invite les gens qui ont les livres de base à faire cette critique.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *